Maladie de la peau : tout savoir sur l’érysipèle

L’érysipèle est une infection cutanée. Elle apparait souvent sur plusieurs parties du corps, notamment sur les jambes et le visage. Comme la plupart des maladies de la peau, l’érysipèle se distingue par des rougeurs gonflées, luisantes, chaudes et douloureuses. La bactérie de type streptocoque ou staphylocoque est le responsable de ce trouble. Cependant, des traitements adéquats sont au point pour la soigner. Pour mieux comprendre cette maladie, ci-dessous quelques informations à savoir absolument.

L’érysipèle : Qu’est ce que c’est réellement ?

En effet,cette maladie peut toucher n’importe qui, que ce soit les enfants ou les adultes. De plus, les chances de la contracter sont progressives selon l’âge d’une personne.  Un érysipèle est une infection de la peau. Elle provoque souvent des réactions de défense de l’organisme causant en effet une activité inflammatoire du côté de l’hypoderme et le derme. Elle est souvent causée par une bactérie appelée streptocoque. L’érysipèle entre en contact avec l’organisme par une porte d’entrée créée par une plaie, une piqûre d’insecte ou un ulcère. À part cela, le tabagisme, l’alcoolisme ou encore le diabète peuvent la générer.

Comment reconnaître l’érysipèle ?

Quelques points importants sont indispensables à reconnaître pour pouvoir détecter cette maladie. Le sujet présente souvent une hausse de la température atteignant jusqu’à 40 degrés. Cette étape est accompagnée de frissons. Il est à noter que des lésions cutanées sont également présentes. On les reconnait surtout par les caractéristiques suivantes : plaques rouges, luisantes sur la peau qui gonfle à cause de l’inflammation. De plus, ces symptômes externes sont accompagnés de douleurs aigües. Des ganglions peuvent également apparaître à proximité de la zone touchée par l’érysipèle. Dans certains cas, une trainée rouge peut être observée entre la partie touchée et le ganglion. Toutefois, la gravité de l’érysipèle peut être différente pour chaque personne. Il y a par exemple celles qui ne présentent pas de fièvres. De ce fait, il est toujours indispensable de se faire soigner le plus rapidement possible dès l’apparition des premiers symptômes. Cela permet d’éviter toutes complications.

Diagnostics et traitements

Souvent le médecin se charge du diagnostic de l’érysipèle d’un patient en examinant les indications de contamination citées précédemment : fièvre, plaques rouges, ou encore le volume des ganglions. Il peut également détecter la porte d’entrée de l’infection. Si c’est nécessaire, d’autres examens seront en vue pour mieux soigner la maladie. Sinon, elle peut être soignée par l’antibiothérapie. À part cela, le médecin peut prescrire de la pénicilline. En cas de signe de gravité, d’autres traitements seront réalisés à l’hôpital. Par contre, les traitements anti-inflammatoires seront à éviter. Par ailleurs, les traitements anti-douleurs peuvent soulager. Après ces soins, si les traitements sont efficaces, tous les symptômes s’atténuent petit à petit. Après une quinzaine de jours, la guérison peut être garantie. Pour mieux espérer un rétablissement rapide, il serait nécessaire d’utiliser des traitements naturels. Pour mieux se préserver de l’érysipèle, il faudra surtout éviter les portes d’entrée. Il est donc indispensable de désinfecter quelconques plaies. Une bonne hygiène sera également conseillée, notamment du côté des pieds et des jambes.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter